Terra Incognita

Terra Incognita

Ou les méandres de l’esprit

Cabaret d’improvisation

 

Note de l’auteur et introduction au spectacle

Tout être humain est la synthèse d’un couple qui a permis sa conception : ses parents. Ces deux images se sont progressivement intégrées dans un schéma de la conscience que les psychologues appellent le Surmoi ; un lieu qui rassemble les interdits, les libertés et les tolérances sur lesquels repose toute notre éducation. C’est justement cette liberté que nous souhaitons explorer dans ce spectacle. Cette liberté qui nous permet de lâcher prise, de laisser libre cours à notre inconscient et d’exposer sans interdits ce qu’il y a d’enfoui en nous.

Cette liberté, c’est l’improvisation. L’improvisation est une expression sauvage de la liberté créative, voire une forme de délinquance des idées dont l’objectif consiste à secouer l’ordre établi.

Le principe

Nous sommes dans le cabinet d’un psychanalyste. Dès l’entrée du public, le thérapeute le reçoit comme s’il s’agissait de patients venant participer à une thérapie de groupe – il aura d’ailleurs un petit mot gentil pour chacun d’eux, comme s’il les connaissaient personnellement – ensuite, quand tout le monde sera installé, il exposera succinctement ses théories sur les mystères de l’esprit, un esprit qui doit être, selon lui, comparée à une terre inconnue.

Texte d’introduction : (musique de Total Recall – The mutant)

Le cerveau… magnifique et complexe machine que nous commençons à peine à connaître et à comprendre. (S’appuyant sur les schémas derrière lui) L’exploration minutieuse de certaines zones de travail du cerveau, comme le cortex visuel, a pu identifier dix autres régions du cerveau en activité lors d’exercices liés à l’imagination ; comme le lobe occipital et le précuneus qui se synchronisent pour fabriquer de nouvelles idées ou images. Ce sont sur ces régions plus particulièrement que nous allons axer notre travail au cours de cette thérapie de groupe. Ces régions vierges et inexploitées. Ces terres inconnues.

Nous allons tenter, ici même, plusieurs expériences. Rassurez-vous, la plupart sont sans danger, mais la science ne serait pas ce qu’elle est si des risques n’avaient pas été pris, n’est-ce pas ?

Le thérapeute va inviter le « public/patient » à tenter avec lui des expériences sur l’esprit. Après le petit speech sur nos capacités d’invention et de création, il va demander à une personne du public si elle veut bien monter sur scène afin de se prêter à une expérience. Il s’agit bien entendu du second comédien. Celui-ci va s’allonger sur le divan et le thérapeute va commencer la séance.

Texte : Il me faut un volontaire. Vous madame ? Je vous en prie, venez me rejoindre dans mon cabinet. (Au public) Vous pouvez l’encourager. Les risques qu’elle va prendre, elle va les prendre en votre nom à tous afin de permettre à la science d’évoluer. C’est courageux. Je vous en prie, installez vous le plus confortablement possible. Un verre d’eau ? Quel est votre prénom ? (La patiente sera désignée sous le nom de X) Ravi de vous avoir à mes côtés, X. (Désignant le musicien) Laissez-moi vous présenter mon collègue. Il est musicothérapeute et l’apport de la musique et du son dans les expériences qui vont suivre est inestimable.

Afin d’éveiller la conscience du patient, il va demander au public de lui donner plusieurs mots (Improvisation dite d’échauffement)

Texte : Nous allons plus particulièrement nous intéresser ce soir à un concept que nous appelons le Surmoi. Il s’agit d’un lieu qui rassemble les interdits, les libertés et les tolérances sur lesquels repose toute notre éducation. C’est justement cette liberté que nous souhaitons explorer ici, ce soir. Cette liberté qui nous permet de lâcher prise, de laisser libre cours à notre inconscient et d’exposer sans interdits ce qu’il y a d’enfoui en nous.

(Au public) Au cours des différentes expériences qui vont suivre, je vais être amené à participer aux histoires de notre patiente… à y jouer un rôle actif afin de l’aider et la guider. Ne soyez donc pas surpris par mon implication dans ce processus.

(A sa patiente) Pour cette première expérience, nous allons avoir besoin d’éveiller votre conscience, X. Laissez-vous aller à l’évocation des mots qui vont vous être proposés. (Au public) Je vais vous demander de me donner des mots, n’importe lesquels de préférence afin de provoquer/éveiller la conscience de notre volontaire. A chaque fois que nous aurons besoin d’un mot, nous vous désigneront et vous lancerez ce mot à haute voix de façon à ce que tout le monde l’entende. Ce mot sera alors intégré dans l’histoire de notre patiente au fur et à mesure de son récit pour y provoquer une résonnance. C’est compris ? Alors allons-y ! Donnez-moi un mot Monsieur. (Petite répartie avec le public en fonction de l’intensité avec laquelle le mot sera donné – trop bas ou trop fort)

Un premier mot est lancé par un spectateur. Le patient commence une improvisation. Ensuite, et très rapidement, le thérapeute va prendre part au jeu afin de « guider et d’aider » son patient à exulter ses « souvenirs ». C’est la phase dite « d’extraversion ». Le thérapeute peut, pendant l’improvisation à laquelle il participe, faire des sorties de route pour guider l’improvisation, la faire évoluer ou bien l’arrêter quand il le désir. A la fin de l’improvisation, le patient, qui était dans un « état second », reprend peu à peu ses esprits et entame avec l’aide de son thérapeute un processus de compréhension et d’analyse des messages qui ont été donnés durant l’improvisation. En se servant des éléments de l’improvisation, le thérapeute et le patient vont « reconstituer/inventer » pas à pas, la vie de ce dernier et lui donner un sens. Cette partie, très importante, s’appelle la « reconstruction » et sera bien entendu, elle aussi, totalement improvisée. Elle s’enrichira au fur et à mesure en fonction des éléments qui seront donnés dans les improvisations suivantes.

Le processus est le même à chaque fois et comporte 3 phases (La phase 1 n’est pas toujours nécessaire) Le public, sur l’injonction du thérapeute, donne un ou plusieurs mots au patient dans le cadre de la « thérapie de groupe ». Il y’a ensuite un petit rituel ou « phase d’introspection (1) » durant lequel le thérapeute demande au patient de laisser les mots envahir son esprit et les souvenirs et les images remonter à la surface. Pendant ce rituel le patient et le thérapeute peuvent communiquer.

Ensuite le patient commence l’improvisation, « phase d’extraversion (2) ». Il est ensuite rejoint par son thérapeute qui vient l’accompagner dans le jeu. Dans certains cas, cela peut être le thérapeute qui commence l’improvisation. A la fin de l’improvisation, retour sur le canapé ou nous entrons dans la « phase de reconstruction (3) »

Important

Au début de chaque phase d’extraversion, le thérapeute impliquera un spectateur (il changera à chaque fois de personne) en lui demandant d’être son assistant pour l’improvisation qui suivra. Il lui présentera son petit carnet noir avec son stylo en lui demandant de noter 3 ou 4 « mots clés » qui, selon lui, ressortiront de façon significative au cours de l’improvisation ou tout simplement les mots qui lui ont plu ou qui l’ont touché / ému / fait rire. Ce sont ces notes que le thérapeute utilisera pour la phase de reconstruction.

Afin d’aller plus loin dans le travail, le thérapeute va proposer au patient plusieurs pistes qui lui permettront d’explorer son inconscient.

Quelques exemples de pistes :

Le transfert (Improvisation Switch)

Texte : Une étape importante en psychanalyse concerne le transfert qui n’est autre, en simplifiant, qu’un simple déplacement d’affects d’une personne à l’autre. C’est une étape importante et inévitable. Démonstration !

Deux personnages, très différents, sont choisis par le public. Les comédiens changent régulièrement de personnage en passant du personnage A au personnage B à chaque fois qu’un des spectateurs (choisi au préalable par le thérapeute) agite une sonnette.

Improvisation TDI – Troubles Dissociatifs de l’Identité

(A la manière d’un double one man show)

Texte : Les TDI, les Troubles Dissociatifs de l’Identité que l’on appelle aussi troubles de la personnalité multiple – et qui n’ont rien à voir avec la schizophrénie – seraient le reflet du tiraillement intérieur entre le Ça (le principe de plaisir débridé) et le Surmoi (le censeur). De là à dire que nous sommes tous des « multiples » qui s’ignorent…

Trois psychologies de personnage, très différentes, sont choisis par les spectateurs (dans une liste proposée au préalable) pour chacun des deux comédiens (donc 6 personnages au total) ceux-ci doivent incarner tous les personnages en passant de l’un à l’autre au cours de l’improvisation.

Liste de personnages ou de caractères : Belge, suisse, allemand, américain, chinois, africain, arabe, italien, espagnol, portugais, Marseillais, chti, créole, angoissé, heureux, stupide, énervé, poétique, névrosé, psychopathe, obsédé sexuel, etc.

Le test de Rorschach

Texte : Le test de Rorschach ou psychodiagnostic est un outil d’évaluation psychologique de type projectif élaboré par le psychiatre et psychanalyste Hermann Rorschach en 1921. Il consiste en une série de planches de taches symétriques qui sont proposées à la libre interprétation de la personne évaluée.

Le thérapeute montrer ces planches à une personne ou plusieurs personnes dans la salle et en fonction des réponses (sous forme de mots ou de sensations), le patient et le thérapeute vont jouer cette interprétation.

Remonter dans ses vies intérieures (A la manière d’un auteur de théâtre) 

(Improvisation à la manière d’un auteur de l’Antiquité (Platon, Homère, Péplum), du XVIIème siècle (Molière, comédie Italienne, Opéra, Lafontaine, Perrault, Racine, Corneille) du XVIIIème siècle (Voltaire, Beaumarchais, Marivaux)), du XIXème siècle (Feydeau, Courteline, Dumas, Musset, Jules verne) ou du XXème siècle (Anouilh, Beckett, Camus, Cocteau, Ionesco, Pagnol, Prévert, Queneau, Proust, Sartre)

Découverte de son moi 

Deux personnes du public sont choisies – un homme et une femme – et le patient et le thérapeute vont jouer leur rencontre en demandant régulièrement aux deux spectateurs des informations les concernant et en les utilisant pour faire avancer l’improvisation : leurs hobbies, leurs lectures, les choses qu’ils aiment et qu’ils détestent, profession, nombre d’enfants, mariés ou non, etc.

L’individuation (émotion de départ et émotion d’arrivée)

Texte : L’individuation est un terme pour désigner un cheminement de connaissance de soi, un voyage intérieur. Pour cet exercice, je vais procéder à une hypnose rapide qui mettra le patient en état de rêve éveillé. (C’est lui qui ira chercher les mots dans le public)

Le patient demande au public une émotion pour le lui même et une autre émotion, éloignée de la première pour le thérapeute. Au cours de l’improvisation ils devront partir chacun de l’état émotionnelle qui leur a été imposé, pour finir dans l’état de l’autre à travers une histoire cohérente.

Hémisphère gauche VS hémisphère droit

Texte : Vous le savez sans doute, notre cerveau est composé de deux hémisphères ; le gauche et le droit. Chacun d’eux à un rôle spécifique dans l’élaboration et la conception de notre vie. La partie gauche de notre cerveau, est celle de la parole, de la logique, du raisonnement, de l’intelligence. Il est le siège des affects positifs. La partie droite en revanche est celle de l’instinct, des émotions et des intuitions… il est le siège des affects négatifs.

Le public choisit qui interprétera le personnage cerveau gauche et le personnage cerveau droit.

La synthèse (Improvisation florilège)

Texte : Nous arrivons maintenant à la fin de notre séance, mais il reste une dernière tâche à accomplir. La plus importante de toutes peut-être. Beaucoup de choses concernant votre vie ont été rapportées ce soir, X, (Le thérapeute reprend les notes qui ont été prises sur son carnet et fait un récapitulatif pour lui même et le patient et aussi et surtout pour le public) mais il reste encore des zones de mystère et je vous invite à exprimer, ici, librement ce qu’il reste à découvrir. Pour cela, je vais vous aider bien entendu, mais je vais aussi faire appel à l’inconscient collectif qui vous le savez sûrement s’attache à désigner les fonctionnements humains liés à l’imaginaire, communs ou partagés, quels que soient les époques et les lieux. Votre histoire sera donc soumise à différentes époques et à différentes catégories. (Désignant la salle) Celles-ci seront choisit par l’inconscient collectif parmi une liste préétablie.

Le thérapeute invite son patient à synthétiser avec lui les éléments pertinents de toutes les improvisations du spectacle qui ont servis à construire/inventer sa vie. C’est la dernière improvisation. Elle reprendra donc les éléments clés de chaque improvisation pour reconstituer/inventer une nouvelle histoire, l’histoire de Mme X. Cette improvisation sera soumise à différentes époques et différentes catégories théâtrales (6 au total) qui seront choisit par le public parmi une liste proposée au préalable. Exemples de catégories ; Feydeau, Pagnol, Shakespeare, Molière, Duras, film policier, chantée, Télé Novella, etc. (Liste non exhaustive)

Le challenge des comédiens est double. Ils doivent donc « reconstituer » l’histoire de la patiente en reprenant les éléments clés et ils doivent changer de catégorie toutes les 2 mn tout en poursuivant la narration.

Nous approchons de la fin du spectacle.

Texte : Merci Mme X de vous être soumis avec autant de grâce à ces diverses expériences. J’espère que vous en ressortirez enrichis et avec de nouvelles perspectives. Quand à vous chers patients, je vous invite à revenir pour une prochaine séance et, qui sait, avec un peu de chance, ce sera votre histoire que nous mettrons en lumière. En attendant prenez rendez vous avec ma secrétaire à la sortie. Merci et à très bientôt.

Sortie en musique et saluts.

FIN DU SPECTACLE


Les participants

Deux comédiens (Un homme et une femme) et un musicien.

Le comédien numéro 1, interprète le ou la thérapeute.

C’est en quelque sorte le maître de cérémonie de la soirée, c’est lui qui dirige, qui propose, qui fait le lien avec la salle. Il est en interaction avec le public qu’il considère comme ses patients. Il participe aussi aux improvisations

Le comédien numéro 2 interprète le ou la patient(e).

Au début du spectacle, il est dans la salle avec les spectateurs et sera invité par le thérapeute à monter sur le plateau pour participer à une « expérience ». Celle-ci se traduira par une série d’improvisations avec des thèmes variés et des contraintes imposées en majeur partie par le public lui même.

Le musicien

Il est là pour participer aux ambiances sonores des improvisations et du spectacle en général. Il peut être considéré comme un adjoint au thérapeute.

Le décor

Sobre et moderne : le fauteuil du thérapeute, le canapé du patient et une petite table sur laquelle sont posés un carnet de notes, un stylo, une carafe d’eau et deux verres, ainsi qu’une lampe. De l’autre côté, le musicien et son matériel – musical – thérapeutique. Accrochés aux murs ; des schémas et tableaux représentants différentes formes de l’esprit, des cerveaux en découpe ainsi que plusieurs diplômes.

En coulisse un tableau sur lequel est inscrit d’un côté une liste : / personnages / états émotionnels / accents / et de l’autre côté les caractéristiques de l’hémisphère droit et gauche.

 Il sera utilisé en cours de spectacle pour l’improvisation TDI et pour l’improvisation sur les hémisphères. Il servira également pour y recopier tous les éléments clés (ceux inscrits sur le carnet noir par les différents « assistants ») lors de l’improvisation finale (la synthèse)

Les lumières 

Tamisées et centrées autour de l’espace où se situe le siège, la table et le canapé quand on est dans la phase d’introspection et de reconstruction, et en pleins feux dans les phases d’extraversion.